Vivez l’évènement de l’ascension du Mont Ventoux

Date / Heure
03/06/2018
Toute la journée

Emplacement
MONT VENTOUX

Catégorie
Loisirs handisport


L’AS Handivienne tutoie les Sommets !

Quatorze Cyclistes de l’AS Handivienne (compétiteurs, loisirs ou accompagnateurs), se sont retrouvés à Sault (au pied du Ventoux), ce 3 juin, pour hisser après 26 Kms d’ascension, nos couleurs sur ce sommet mythique de la Provence.

Au départ et en Handbike Louis Rolland, en solo, Martine, Cédric, Gildas, Marc et en tandem, Christian G / Lionel et Christian B / Dominique. Accompagnateurs et supporters, Anne-Marie, Bernadette Jisèle, Nadine et Rolland.

Minimum requis, le chalet Reynard, après 20 Kms d’ascension, puis pour Les plus courageux, 6 Kms de mieux pour atteindre le toit de la Provence.

Rendez-vous au Super Marché de Sault (84), à 9H45 et départ pour cette ascension dont beaucoup se demandaient encore la raison de leur motivation et s’ils pouvaient vraiment se projeter dans une hypothétique réussite de leur folie.

Marc, initiateur de cette aventure, avait tout prévu, l’hébergement des arrivant de la veille, l’accueil des arrivants du matin, le « balayage de la chaussée, les milliers de petites fleures au bord de la route sinueuse, les oiseaux dans les arbres «  mais surtout cet esprit convivial qui caractérise chacune de nos sorties».

Pour nous amadouer un peu , Le Géant Provençale avait revêtu ce matin son bonnet blanc et nous proposait une vingtaine de kilomètre d’échauffement, un peu de descente, puis la plaine et légère côtes (5%), formatrices pour nous faire atteindre le Chalet Reynard, premier rendez(-vous de notre ambition et avec son sympathique restaurant, promesse d’un peu de réconfort après beaucoup d’effort, mais ce sera pour un peu plus tard…

Le Ventoux appartient de plein droit aux cyclistes dont certain pense atteindre le graal en s’époumonant sur ses pentes et nous n’étions pas seuls, un triathlon se déroulait aussi dans ce cadre merveilleux (2500 M de natation, 90 Kms à vélo, 21 Kms de course à pieds), on peut toujours trouver plus fou ou plus ambitieux que soit…

L’équipe regroupée, nous nous élançons alors vers ce sommet qui se découvre peu à peu, comme pour nous saluer, au fur et à mesure de notre progression. Le début est presque agréable avec tous ces cyclistes compétiteurs qui nous entour, qui nous double aussi mais surtout qui nous encourage, parfois plus que de raison. Plus nous progressons, plus la pente s’élève, plus les muscles se raidissent, alors que le souffle se raccourcit. Partis avec 6% de dénivelé, nous passons rapidement à 7, puis 8, pour terminer à11% ! Le dernier Km est particulièrement éprouvant mais dans l’équipe nous avons des champions en Solo qui se font plaisir. Pour les tandems, c’est plus compliqué et avec tout le respect qu’il se doit, on pourraient les comparer aux escargots qui montent aussi haut que tout le monde mais qui en bave d’avantage…

Sommet à 500 M, on n’a pas le droit de mètre pied à terre, on s’arrache, même pas une pensée pour le souvenir Tom Simpson (Tour de France 13 juillet 1967), dernier virage à droite et nous y sommes, 1920 mètres d’altitude. Le Géant Provençale nous félicite de l’avoir conquis et nous savourons enfin cette motivation et le degré de folie qui nous a poussés jusqu’ici (mansion spéciale pour Martine, seule féminine de l’équipe, pour Rolland sur son Handbike et pour nos souriantes assistantes. Le vent s’est levé, nous sommes frigorifiés, vite la photo souvenir (souriez s’il vous plait) puis on se remet en selle et nous plongeons sur le Chalet Reynard. La descente est rapide, il fait froid, on a monté tout çà ?

C’est enfin l’heure du bien sympathique repas (plat du jour, dessert et bière pour la réhydratation et nous rejoignons Sault (20 Kms plus bas) avec les Tandems qui s’offrent le lux d’une descente à 67 Km’H de moyenne, juste pour le plaisir !

Quelle belle et agréable journée ! Merci Marc pour cette parfaite organisation et à bientôt à nos amis cyclistes !