Natation championnat Europe IPC

Date / Heure
30/04/2016 - 07/05/2016
Toute la journée

Emplacement
Natation Championnat Europe IPC 2016

Catégorie
Natation handisport


Madère accueillera le Championnat d’Europe de Natation Adaptée au Complexe Olympique des Piscines de Penteada, dans lequel participeront 450 athlètes originaires de 50 pays.
Cette compétition fait partie de l’IPC – Internacional Paralympic Championship et permettra aux athlètes participants de se qualifier aux jeux paralympiques de Rio de Janeiro de 2016.

Stéphanie Douard/Ferchichi, du 1er au 8 mai à Funchal (Portugal) Championnats d’Europe IPC avec les sept membres de l’équipe de France (3 garçons 4 filles), déjà présente aux derniers championnats du monde à Glasgow.

Funchal est le dernier grand rendez-vous avant Rio, avec près de 470 nageurs dont les meilleurs mondiaux, constituant ainsi une véritable antichambre des prochains J.O.

Programme Stéphanie : Lundi 100 M/Dos, mercredi 200 4/Nages,  Jeudi  50 N/Libre, Vendredi 100 M/Brasse.

Objectifs : Confirmer les minima B et s’approcher le plus possible des A. Pour cela, dixit Boris Bonnefoi, Stéphanie va devoir nager proche de ses records, voir les améliorer, ce dont elle est parfaitement en mesure de réaliser au regard de ses derniers entraînements. Il faut qu’elle est confiance en elle car elle a en main tout ce qu’il faut, enfin tout ce que j’ai pu lui apporter durant sa préparation pour réaliser son  rêve qui est aussi le mien et celui de l’AS Handivienne, d’aller pour la seconde fois aux Jeux (Rio après Londres).

Si l’alchimie veut prendre, elle peut réaliser quelque chose de super ! Il faut revenir sans regret  et donner son maximum pour gagner !

L’AS Handivienne sera sont second souffle !

————————————————————————————————

Stéphanie de retour des championnats d’Europe de Funchal :

Semaine très intéressante pour Stéphanie avec 3 places en finale et des chronos qui, nous le souhaitons tous, lui laissent encore l’espoir d’une sélection pour les Jeux. Maintenant, un peu de repos et retour très vite dans les bassins pour les France d’été, où nous serons encore et plus que jamais à ses côtés !

Rappel des résultats :

Sur le 100 dos où Stéphanie prend la 7ème place en finale.

Sur le 50 N/libre, malgré un bon temps, Stéphanie ne se qualifie pas pour la finale.

Sur le 200 4/nages, Stéphanie se qualifie et prend la 8ème place de la finale avec un super temps, à 3″ de son record de France à Londres.

Sur le 100 Brasse, Stéphanie prend la 6ème  place en finale.

L’équipe de France revient de Funchal avec 10 médailles (1 Or, 6 Argent et 3 Bronze).

 

Message de Stéphanie :

J’ai fini de nager hier vendredi , et ça y est je suis en repos pour quelques jours. Encore un très très grand merci à tous ceux qui ont été présents à mes côtés, par vos messages, sms et pensées positives ! Malgré des résultats un peu en dessous de mes espérances, toutes vos énergies m’ont portée  et permis de rebondir entre chaque course pour m’attaquer à la suivante. Je suis vraiment désolée et j’aurais  vraiment voulu faire mieux et m’inscrire dans des meilleurs classements pour la suite mais j’ai fait ce que j’ai pu.

Merci à tous de votre soutien!

Bises et à très bientôt !

Stéphanie

—————————————————————————————

Première finale pour Stéphanie :

En ce lundi 2 mai, Stéphanie Douard/Ferchichi était engagée dans les séries du 100 Dos et se qualifie en 1.30.41 pour la finale de l’après midi. Un peu crispée sur la première longueur, Stéphanie se relâche dans sa nage sur la 2ème et revient bien mais il va falloir faire mieux en finale. Stéphanie améliore effectivement son temps, grâce à une meilleure 1ère longueur qu’elle maintient dans la seconde. Elle touche en 1.29.87, s’approchant ainsi de son record et prend la 7ème place.

Nous reverrons Stéphanie dès demain sur le 50 N/Libre et serons là vers 12 H 10 pour la pousser de nos ondes positives https://www.paralympic.org/funchal-2016

Après la seconde journée, le compteur France est à deux médailles (Or et Argent) mais le meilleur reste à venir !

L’AS Handivienne dans les brasses de Stéphanie et de l’équipe de France !

 

mercredi 3 mai à 11H20,  Stéphanie prend place au bord du bassin pour le 50M Nage Libre.

Avec Stéphanie, c’est souvent le même rituel :

  • Entrée dans la chambre d’appel et vérification du matériel (homologation de la combinaison, vérification du bonnet et des lunettes, des tatouages éventuels…)
  • Installation dans la préchambre d’appel et attente silencieuse car on ne peut échanger entre nous (sous peine de disqualification)
  • A environ T-15 minutes, elle enfile les bretelles de sa combinaison
  • A T-10 minutes, c’est le moment de mettre le bonnet et les lunettes
  • A T-4 minutes nous approchons de la sortie et remettons l’accréditation au responsable présent
  • A T-2 minutes, nous avançons sur la plage de départ, conduits par un bénévole. Pendant qu’elle retire son survêtement et ses claquettes, je vérifie le réglage du plot de départ (starting-block) … pour info au numéro 2…
  • A l’heure dite, je la guide vers le coté du plot de départ et recule pour la laisser gérer son départ aux ordres des juges…

Après elle retrouve son autonome…

Lors de son départ, elle aura un plongeon puissant qui la fera ressortir à plus de 5 mètres.

La reprise de nage est dynamique et en fréquence jusqu’àprès les 25m. Un accrochage avec la ligne d’eau la perturbera et rendra sa 2eme partie de course sera un peu moins rapide.

Avec un temps de 37.76, Stéphanie finira 12eme et ne pourra, hélas, participer aux finales.

 

—————————————————————————————————————————————–

COMMENTAIRES ÉQUIPE DE FRANCE

Aujourd’hui 1er mai, Fête du travail ??? Peut-être pour certains mais pas pour nous qui, à quelques 5000 Kms de la France, sommes présents sur le chantier (« formule souvent employée par un de nos élus qui se reconnaîtra ») pour accomplir la tâche pour laquelle nous nous sommes engagés.

Et c’est en décrochant le titre de Championne d’Europe du 400m nage libre qu’Elodie Lorandi a rempli son contrat (de travail) et prouve à ceux qui se posaient des questions quant à ses capacités à performer à quelques mois des Jeux, qu’ils doivent reconsidérer leur vision d’une Championne paralympique hors du commun avec des ressources souvent sous-estimées.

Mais revenons sur cet évènement :

1ere étape : les séries ; nos deux nageuses, Elodie et Anaëlle se présentent au départ de la 2eme série du 400M Nage Libre… L’avantage qu’elles ont est d’avoir pu observer le déroulement de la série précédente et les chronos à réaliser pour se sélectionner en finale. C’est ainsi qu’elles se placeront en 2eme et 3ème position à l’issue des séries qualificatives…

Un peu plus tard dans la matinée, ce sera au tour de David de se positionner pour la finale du 100 Nage Libre S4.

Pendant ce temps, ne croyez pas que les autres nageurs, dont aucune épreuve n’est au programme du jour, restent sans rien faire ; Ils défileront dans le bassin annexe pour s’entraîner en vue des journées à venir… En natation, on ne s’arrête pas vraiment…

Retour vers midi à l’hôtel pour se restaurer et rejoindre sa chambre en vue d’un repos récupérateur. Puis, pour les finalistes, retour à la piscine pour finaliser leur échauffement et se préparer à l’affrontement final.

Début des finales à 17H00 et ce sera à l’issue de la finale garçon du 400 que les filles rejoindront leur plot de départ.

La favorite actuelle est la canadienne Aurélie Rivard, qui, avec la meilleure performance mondiale de l’année, s’est invitée en « hors concours » au championnat d’Europe. Elle a déjà annoncé qu’elle venait ravir le titre de recordwoman du monde à Elodie, sa rivale depuis les Jeux de Londres.

Car souvenez-vous, Elodie est titulaire de la meilleure performance mondiale obtenue à Montréal en 2013.

Au départ, à la gauche de la canadienne ligne 4, Anaëlle Roulet qui s’installera ligne 3 et, à sa droite, Elodie Lorandi, ligne 5. Quelques secondes de préparation avec le positionnement sur le plot et, dès le signal de départ, les nageuses fusent du plot pour s’engager dans une terrible lutte pour ravir le première place…

Première longueur, Elodie prend la première place qu’elle conservera jusqu’au 150M, puis ce sera une perpétuelle alternance entre les deux nageuses, la canadienne virant toujours en tête grâce à une coulée efficace (elle a les deux jambes « valides ») mais remontée systématiquement par la française dont la hargne et la technique lui vaut une vitesse de nage plus importante. Quant à Anaëlle, son défi sera d’essayer de se positionner en 3eme position et d’y rester.

Après une course pleine de suspens, la canadienne finira par emporter l’épreuve avec à peine 49 centième d’avance sur Elodie (4.34.55). Pour quelqu’un qui avait annoncé ravir le record du monde de son adversaire, inutile de vous dire que la déception a été visible.

Pour Anaëlle, la situation aurait pu être meilleure. Une polonaise et une nageuse hongroise l’ont devancé de quelques secondes la laissant prendre la 5eme place. Moment de déception, certes, pour la jeune nageuse française qui a prouvé, ces dernières semaines, notamment à Montpellier (championnat de France FFN en intégration) qu’elle avait encore une belle marche de progression…

Elodie donc, première européenne, montera sur la plus haute marche du podium avec ce titre tant convoité et la promesse à peine dissimulée de ne pas laisser sa place de leader aux prochains jeux paralympiques de Rio.

Sur le podium, le Président de l’IPC, Sir Phil Cravens, la félicitera chaleureusement, soulignant à cette occasion, son attachement pour la France, pays qu’il visite régulièrement…

La journée finira par le 100m nage libre de David Smétanine, prétendant pour un podium. La première place était inaccessible. Avec une performance de 1.24.24, le russe Roman Zhdanov avait placé la barre hors de portée de ses adversaires. C’était donc pour l’argent et le bronze qu’il y avait duel entre les nageurs les plus rapides. Après un dernier suspens, David devra se résoudre à prendre la 4eme place (1.28.64), juste derrière l’ukrainien et le slovaque avec des temps de 1.28.54 et de 1.28.21 soit moins de 10 centièmes du podium. Affaire à suivre…

Après un petit contrôle anti-dopage de la championne européenne et un passage sur le podium, nous avons pu regagner nos quartiers pour la nuit.

Demain est un autre jour : le 100M nage libre des mêmes filles en S10, le 100m dos de Stéphanie Douard-Ferchichi (10h43) et le 50 dos de David à 17H41.

Lundi 2 mai 2016.

Après un petit déjeuner pris autour de 6H30 pour certains, direction la piscine via le bus ; un trajet qui dure environ une quinzaine de minutes. Arrivée la piscine, nous prenons possession de nos « territoires » : l’emplacement « kiné » au 4eme étage, celui près du bain de cryothérapie (piscine gonflable réfrigérée qui permet une meilleure récupération après la course). Celle-ci se trouve au 3eme étage au bord du bassin de récupération (25m) et enfin les places dans les tribunes « nageurs » disposés (aujourd’hui) sur le bord du bassin de compétition (1er étage).

Et c’est parti pour les différents échauffements, à sec pour certains, avec le kiné pour d’autres et enfin dans le bassin pour les compétiteurs.

A 8H50, évacuation du bassin pour laisser place aux épreuves. Le starter du jour sera François Ancé que nombre d’entre vous connaissent car il fait parti du jury FFH lors de tous nos championnats nationaux.

Ce matin, séries du 100M Nage Libre féminin avec Elodie et Anaëlle en S10. Une concurrence terrible qui ne laissera une place en finale que pour les 8 premières, excluant du coup la nageuse vendéenne, Anaëlle Roulet.

Quant à Elodie, elle se placera en 2eme position pour les finales de l’après-midi.

Viendra ensuite le 100m Dos de Stéphanie Douard (S11) qui s’inscrira dans programme de l’après-midi avec le 8eme temps.

La partie « finales » s’annonçait tendue avec le challenge de la 1ere place pour Elodie sur le 100m Nage Libre. Départ difficile pour la nageuse d’Antibes face à ses deux adversaires ce qui ne l’empêchera pas de virer à 1 centième de la première (29.51).Mais au retour, les choses se compliqueront et Elodie finira vice-champion d’Europe derrière la russe Nina RIABOVHA avec un temps de 1.01.29.

Quant à David qui s’alignera sur le 50 dos, il finira à la 5eme place avec un temps de 49.54.

Stéphanie améliorera son temps de la matinée en finissant le 100 dos en 1.29.87, gardant ainsi la 7eme place.

Mercredi 3 mai

, 2 nageurs au programme :

  • Stéphanie sur le 50M Nage Libre
  • Charles sur le 100M Papillon, sa spécialité

Programmée à 11H20, et je peux vous dire que les horaires sont respectés à la seconde près quand Stéphanie prend place au bord du bassin.

Comme à l’accoutumée, je l’ai accompagné dans la chambre d’appel où l’horaire limite a été fixé à 11H05 soit 15 minutes avant l’heure annoncée.

Ici pas de place pour les secondes de trop… Encore une fois, nous avons vu des nageurs arriver à 14 minutes de l’échéance et se voir interdire l’entrée donc leur participation à l’épreuve…

Avec les nageurs français, nous avions fixé le délai à 20 minutes (donc avec 5 minutes de sécurité) et nos échanges par talkie-walkie nous permettent de savoir exactement où se trouvent lesi sportifs et de s’assurer qu’ils sont bien en chambre d’appel avant l’heure limite.

Avec Stéphanie, c’est souvent le même rituel :

  • Entrée dans la chambre d’appel et vérification du matériel (homologation de la combinaison, vérification du bonnet et des lunettes, des tatouages éventuels…)
  • Installation dans la préchambre d’appel et attente silencieuse car on ne peut échanger entre nous (sous peine de disqualification)
  • A environ T-15 minutes, elle enfile les bretelles de sa combinaison
  • A T-10 minutes, c’est le moment de mettre le bonnet et les lunettes
  • A T-4 minutes nous approchons de la sortie et remettons l’accréditation au responsable présent
  • A T-2 minutes, nous avançons sur la plage de départ, conduits par un bénévole. Pendant qu’elle retire son survêtement et ses claquettes, je vérifie le réglage du plot de départ (starting-block) … pour info au numéro 2…
  • A l’heure dite, je la guide vers le coté du plot de départ et recule pour la laisser gérer son départ aux ordres des juges…

Après elle retrouve son autonome…

Lors de son départ, elle aura un plongeon puissant qui la fera ressortir à plus de 5 mètres.

La reprise de nage est dynamique et en fréquence jusqu’àprès les 25m. Un accrochage avec la ligne d’eau la perturbera et rendra sa 2eme partie de course sera un peu moins rapide.

Avec un temps de 37.76, Stéphanie finira 12eme et ne pourra, hélas, participer aux finales.

 

Place ensuite à Charles pour les séries du 100M Papillon. Avec une prestation de 1.03.15 juste devant le russe Tarasov, Charles prend la pole position pour la finale de l’après-midi.

Dès l’arrivée sur la plage de départ, on sent notre Charles plus que jamais déterminé… Ses adversaires le sont tout autant car ils se connaissent depuis plusieurs années…

La tension entre les deux leaders est palpable et dès le signal de départ, Charles a décidé de mener la course. Le premier 50 mètres se nage relativement vite (28.86 pour Charles qui passera avec 0.11 d’avance sur le russe) et c’est avec cette petite avance qu’il garde la tête de la course après ce premier virage.

Menant toujours son adversaire, ce sera dans les derniers mètres que se jouera le dénouement en faveur de Tarasov. A la touche, le russe se placera en première position avec un chrono de 1.01.76 reléguant Charles à la seconde place avec un temps de 1.01.95.

On peut dire que cette journée ne laissera pas un souvenir inoubliable à notre ami Charles et sa déception est immense et palpable.

Même si une médaille d’argent est un résultat plus qu’honorable, on pourra lire de l’amertume sur le visage de Charles. Pourtant me direz-vous, il décroche un titre de Vice-Champion d’Europe accompagné d’une meilleure performance personnelle depuis les Jeux… Mais cela ne suffit pas…

Eh oui, comme je le disais hier, les champions sont ainsi faits… Etre dans les meilleurs ne suffit pas, ils veulent être LE meilleur…

Et le gout amer de ne pas avoir atteint cet objectif leur donne souvent une soif de revanche qui ne s’éteindra qu’avec la « mise à mort » du concurrent…

Maintenant, reste à analyser techniquement l’épreuve, d’en décomposer les différentes phases, d’en évaluer et de construire les composants pour mettre en place et réadapter le petit élément qui fera la différence…

C’est le travail de l’entraineur qui, tout au long de l’année, voire de l’olympiade, assemble les pièces d’un gigantesque puzzle comme l’a imagé Charles…

Chaque chose doit prendre sa place et tout doit s’emboiter parfaitement pour former une image quasi-parfaite qu’on appelle la victoire.

Résultat de la journée : 1 médaille d’argent pour Charles Rozoy au 100M Papillon S8

Demain est un autre jour avec le 200M 4Nages d’Elodie et d’Anaëlle, le 50M dos de Théo et d’Anita et le 200M 4Nages de Stéphanie en finale directe.